Stéphane Kouamé : telling story d’un visionnaire de la mode

Son intuition prend des allures de prédiction. À l’heure où la mode était au vintage et à la friperie, Stéphane Kouamé s’affirmait déjà comme un visionnaire aguerri. L’upcycling fait alors partie de ses priorités à l’orée des nouveautés. Flairant d’avance les futures tendances, le créateur donne sa propre définition de la mode à travers Usure Project. Faire du neuf avec du vieux était écrit dans les aspirations de ce créateur dont l’unique signature est truffée d’influences.

Stéphane Kouamé, aka Stimps Kwams, est un enfant curieux des années 80. D’une soif accrue de connaissance, il se questionne depuis toujours quant à la place qu’il veut investir dans un monde artistique où la compétition fait rage. Son sens exacerbé pour la mode se définit. Il entreprend alors des études dans le marketing du luxe et de la mode qu’il réussit avec brio. Avant de faire de Paris son fief, l’audacieux créateur parcourt quelque peu le globe. Il grandit en Côte d’Ivoire. À 19 ans, il s’exile durant 6 ans au Maroc puis atterrit en France à Rennes. Paris, capitale de la mode, était ensuite une évidence pour concrétiser ses rêves.

Ainsi naquit l’Usure Project

Le syndrome de l’éternel auto-questionnement dont Stimps Kwams est atteint n’est pas une maladie. C’est, en fait, une aubaine. Le doute laisse alors place à ce qui semble être une conviction. En 2017, il se lance alors dans une entreprise mûrement réfléchie qu’il nomme sciemment Usure Project dont les fortes références feront son unicité. Depuis des années, il se dirige éminemment vers une consommation réfléchie de la mode. Il met de côté la fast fashion qu’il trouve fade, vide d’histoire et de sens, bien avant d’initier sa propre marque. C’est à coup d’investigations au travers de livres et de films (qu’il dévore !) que se définiront parfaitement ses inspirations. Sa marque sera atypique et chargée d’Histoire.

L’upcycling réinventé

À travers sa conception, l’upcycling ne se repose pas seulement sur l’action de redonner une seconde vie aux vêtements. Il apporte sa touche évidente en superpositionnant et en mélangeant les textures des tissus et des styles. Il fait de ses créations des pièces biphasées dont on dénote une élégance aux échos urbains. Il réinvente surtout le procédé de l’upcycling dans son fondement en reprenant des références et figures historiques, culturelles et politiques indémodables : El Che, Mohammed Ali, Mike Tyson, Bob Marley étant une liste non exhaustive de personnalités. L’idée transcende la mode en elle-même. On redonne alors vie de façon intelligente aux vêtements et à la culture.

Sens propre et figuré font donc corps à corps. La culture imprègne mémoire et vêtements mais devient aussi hybride. Le mélange de genres prend part à ses créations. Fils du hip hop, Stimps Kwams ne s’enferme pas dans ce seul univers et y incruste des références rock qui le fascinent tout autant. Il parcourt aussi les époques à travers des tableaux de la Renaissance, épousant parfaitement chemises et jeans.

Entre humilité et confiance en soi

Au gré du temps qui passe, Stimps Kwams a appris à se juger à juste titre. Humblement, il conscientise son « parcours parsemé d’échecs et de réussites malgré les barrières et blocage », estimant que le chemin à parcourir est encore long et qu’il veut faire de sa marque un réel succès. Ses embûches ont fait de lui un être persévérant. « Only Sky is the limit » serait l’expression de sa personne « parce que je suis déterminé jusqu’à la fin », affirme t-il.

Ce bourreau de travail a confiance en lui mais ne prend pas tout pour acquis. Le travail le mènera à ses fins. Il centre ses rituels autour de son projet. Du matin au soir, il se consacre à la réalisation des nouvelles idées qu’il brode pour Usure Project. Il développe d’ailleurs une addiction saine à la machine à coudre, son outil expérimental. Il conseille même à qui est tout aussi déterminé que lui : « Soyez vous-même. Crée votre style. La mode se trouve dans le vintage. Investissez sur une pièce forte. Et laissez vous guider par votre énergie. »

Kayne West, l’influence ultime

Les esprits tourmentés lui parlent. Aussi controversé qu’acclamé pour son génie, la figure au cœur des inspirations de Stimps Kwams reste l’illustre Kayne West. Sa musique fait sortir ses souvenirs de ses tripes. Il visionne la B.O de sa vie dans le titre phare Runway de l’artiste. Quant à la révolution qu’a menée Kayne West dans l’industrie du textile, selon Stimps c’est « la personnalité qui incarne la mode parce que grâce à lui aujourd’hui on a tous envie de faire des vêtements. Il a ouvert le chemin à une nouvelle génération partout dans le monde ». Les projets artistiques qui insufflent le respect pour Stimps Kwams ne sont jamais des œuvres du hasard. Elles sont le résultat d’un mélange de grâce agrémenté d’une touche urbaine. La collection Louis Vuitton x supreme dont le succès a été fou à sa sortie ou encore la collaboration entre Daniel Arsham et Dior ont marqué l’esprit de Stimps Kwams dont les références font écho à ses propres aspirations : devenir un grand de ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *